Aller au contenu principal

« Cabaret » samedi 22 janvier 2011, Salle du Jeu du Mail à Pamiers, 19 h 30

2011-01-12

La soirée affiche « Complet »

Voilà, une de nos soirées phare de la saison:  le bien aimé « Cabaret »!

Tous les ans, en plein hiver (fin janvier), nous nous réchauffons avec vous autour de deux spectacles souvent musical et franchement marrant. La Salle de Jeu du Mail de Pamiers est aménagée en immense ‘Cabaret’, avec des tables joliment dressées. Lors de votre réservation, vous pouvez indiquer avec qui vous souhaitez vous trouver à table – et si vous avez envie de faire connaissance avec d’autres spectateurs.

Attention: la billetterie passe pour cette soirée uniquement par l’Office de Tourisme de Pamiers (Tel 05 61 67 52 52) , en vente directe. Pas de billetterie le soir même, et pas de réservations ! Nous sommes obligés à cette petite contrainte pour une bonne planification. Ne tardez pas, car la jauge est limitée.

La soirée débute avec un apéritif, musicalement assaisonné par le premier spectacle:

« Romantica »


cette grande diva de la ‘night’ qui hante encore les esprits bigourdains est ressuscité par une exquise chanteuse de Toulouse, qui est une star à sa propre  mesure … Accompagnée de  son fidèle pianiste, elle  ne fait pas les choses à moité ! Animée d’une énergie exubérante et clownesque, elle enchaîne chansons, comédie et improvisations. Son âme est un brasero, son corps une chapelle ardente, sa voix un feux de joie ! N’empêche qu’elle a (aussi) un très fort accent bigourdan … applaudissez-la !

Après ces joyeuses introductions, tout le monde aura faim et le repas principal est servi. Préparé par le soin de notre génial cuistot préféré, et soutenu en ça par toute une équipe. Ne vous gênez pas d’accepter même un dessert – et enchaînez  les plaisirs avec le spectacle principale de

« Caumon & Costa »

Là, il va falloir bien se tenir, car l’humour pince-sans-rire de ces deux gaillards ne connaît pas de pitié ….

On connaissait Patrice Caumon depuis l’aventure des « Oisillons tombés du nid »… Il est depuis tombé follement amoureux d’un beau guitar-héro italien, l’incroyable Costa aussi habile dans l’arpège délicat que dans le gros riff qui tue… De cet amour platonique surgissent d’impayables chansons poilantes à souhait, un humour féroce, jouissif et délicieusement absurde…
Caumon est un chanteur avant tout, mais aussi un énergique baratineur, roublard, et vache, très vache même ! A la fois conteur et aboyeur, bateleur, provocateur, il est pourtant très touchant. Entre énergie rock et poésie sur l’enfance, camionnettes de décalages et débit de paroles hallucinant … Caumon dialogue avec le public, le prend à partie, lui propose des jeux, lui raconte des histoires.
A ses côtés, Luca Costa installe des ambiances pas possibles avec une guitare et une pédale de boucles. Tel que Caumon nous le présente, c’est un bellâtre italien qui ne comprend pas un mot de français et ne vit que pour sa guitare (qu’il croit vivante…) ! Musicien impassible et impeccable, un peu perdu sous nos latitudes, silencieux, un peu perché, limite autiste, fascinant, soi-disant atterri en France pour échapper à la mafia italienne … Luca reste jusqu’au bout un personnage mystérieux capable d’enflammer une salle avec une chanson, c’est une bête de scène qui sait faire chanter et vibrer le public avec ferveur.
Venez voir ça, vous nous remercierez quand vous aurez fini de sécher vos larmes…

One Comment leave one →
  1. Bernard permalink
    2011-02-05 17:19

    La soirée Cabaret fut très sympathique, vivement la prochaine !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :