Aller au contenu principal

« Adultères », samedi 7 janvier, Salle du Jeu du Mail, 20 h 45

2012-01-02

de Woody Allen, par le Théâtre « Grenier de Toulouse »

Mise en scène de Pierre Matras

                                                                        Proposé par le Service Culturel de Pamiers 

Ah – le couple !!

La belle affaire …

Quand on y est, l’herbe est toujours plus verte sur le pré d’à coté. Quand on y broute, enfin, les choses se gâtent encore plus. Et quand on n’est plus en couple, on ne fait que chercher une chère autre moitié pour en former un.

Est-ce-que pour autant l’homme occidental se calmerait? Loin de là!  Il n’empêche que de cette situation inextricable, éternellement réanimée, de nombreux romanciers, metteurs en scène et cinéastes se sont inspirés.

Woody Allen est un d’eux. Le couple, c’est-à-dire  les angoisses et névroses qui se manifestent à travers lui, est l’objet préféré de son ironique observation. Il a créé et tourné de nombreux films sur le sujet. Mais Woody Allen a aussi écrit quelques pièces de Théâtre, dont « Adultères ».

Nous nous situons à un des  endroits de prédilection de l’auteur: au cœur de New York, Manhattan. Un quartier  huppé avec  ses habitants plutôt aisés. Jugez vous-même : une brillante psychanalyste mariée de longue date, autour, des amis cultivés … mais … mais sous le vernis lisse et stylé de leurs appartements rodent les petits arrangements, de grands mensonges et des obsessions ridicules.

Un penchant un peu trop appuyé pour la bouteille pour l’un, un penchant  trop persistant pour la chair  pour l’autre, les affres de la création stérile pour le troisième … Le spectateur déguste avec un plaisir grandissant le plat qui lui est servi, et dont les ingrédients principaux sont la bêtise, l’avidité et les frustrations narcissiques.

On rit, mais pas bêtement, car – et c’est là, l’art de la plume de Woody Allen – derrière ces mesquineries, on n’est pas très loin de tout ça. Finalement, cette misère du cœur humain, nous la connaissons bien et la partageons tous. La finesse  de la pièce se déploie dans un double mouvement  fait par le spectateur,  qui  prend la distance par la moquerie, tout en restant  touché par sa familiarité.

La mise en scène, enlevée,  de Pierre Matras donne libre cours à l’aspect vaudevillesque de l’histoire, et les comédiens du « Grenier de Toulouse » attrapent avec un plaisir évident l’incongru des situations. Au fur et à mesure que les choses se compliquent, on voit arriver une fin qui ne peut qu’être éclatante ! Même désopilante … Mais nous n’en  dirons pas plus, venez plutôt voir, vous  passerez un très bon moment de détente, et de subtilité !

Tarifs: 15 € / 12 €

Renseignements et réservations: Service Culturel 05 61 60 93 60

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :