Aller au contenu principal

« Viento del Pueblo » jeudi 5 avril 2012, Salle du Jeu du Mail, 20 h 45

2012-03-21

Mise en scène et musique par Vicente Pradal et Coraly Zahonero

Poésies: Miguel Hernandez

Une proposition du Service Culturel de Pamiers

La saison théâtrale à Pamiers se clôture avec un grand spectacle mêlant textes, musique et danse.

A la source de cet événement : un musicien, compositeur, espagnol par ses origines:  Vicente Pradal. Né à Toulouse d’un père andalou et d’une mère occitane, Vicente Pradal a toujours baigné dans cet ambiance de l’exil espagnol.

En 2011, on fête le 80ème anniversaire de la République Espagnole. Pradal se met alors à la création d’un spectacle sur la vibrante poésie de Miguel Hernandez, en relatant en même temps la vie personnelle de cet artiste, par la voix de Josefina, sa femme. Ce jeune paysan, epris de rêveries et de poésie, monte très jeune (à 21 ans, en 1931) sur Madrid, ou il croise les artistes et écrivains de son temps, notamment Vicente Aleixandre et Pablo Neruda. On s’émerveille devant le talent de ce « poète-berger » qui, venu du peuple, chante mieux que tous les chants rugueux l’amour de sa terre. En 1936, Miguel Hernandez rejoint l’armée républicaine. Sa vie prend alors une tournure dramatique; à la victoire de Franco en 1939, il cherche à fuir l’Espagne, est arrêté, condamné à mort, puis sur l’intervention de Pablo Neruda, cette sentence sera commuée en période de 30 ans d’emprisonnement. Très affaibli, affamé, il meurt en 1942 en prison.

«Je savais que j’avais ce rendez-vous avec son œuvre. » dit Vicente Pradal  (voir l’entretien avec lui : http://www.ariegenews.com/news-43149.html. Coraly Zahonero de la Comédie Française rejoint l’aventure de la création et travaille ensemble avec Pradal sur la mise en scène. Dans le spectacle  se trouvent ensuite aussi Paloma Pradal (chant et danse), Emmanuel Joussemet (violoncelle), Luis de Almeria (voix), Alberto Garcia (voix) et Rafael Pradal (piano). La comédienne Evelyne Istria joue celle par laquelle l’histoire est transmise, Josefina Mandresa, la femme de Miguel Hernandez.  Danse, chant, poèmes et récit se joignent dans un spectacle vibrant, qui évoque au travers un artiste et homme extraordinaire l’histoire d’un pays, l’Espagne … Un chapitre douloureux, qui demande de ne pas tomber dans l’oubli – et qui fut aussi gorgé de vie et d’espoirs.  

Laissons encore parler Vicente Pradal lui-même sur son choix et son spectacle:

« L’heure est venue de la rencontre avec Miguel Hernández, le poète berger d’Orihuela. Nous affirmons avec Pablo Neruda que « l’évoquer en pleine lumière est un devoir ».

Sa poésie est  profonde, rocailleuse, singulière et magnifique. Elle nous parle d’amour avec une grande sensualité et milite pour l’émancipation des hommes et pour leur liberté. Miguel Hernández, la voix des humbles prend les armes pour défendre la République Espagnole et meurt de tuberculose en 1942, en prison, où il écrivit quelques uns de ses poèmes comme la « Berceuse d’oignon ». Il avait 31 ans. Sa femme, Josefina Manresa, lui survit et témoigne. Elle nous transmet ses souvenirs qui nous renseignent sur cet homme en prise directe avec la nature, les pierres, la rivière, la terre, le figuier, les chèvres ou les oiseaux,  mais aussi sur l’intimité amoureuse du couple pris dans la tourmente de la guerre civile. C’est par la voix de Josefina que nous rencontrons Miguel et par ses meilleurs vers, mis en musique et chantés, que nous rencontrons son œuvre. »

Ce spectacle a été joué entr’ autres au TNT de Toulouse et à la Scène Nationale de Narbonne.

Des maintenant, renseignements et réservations: Service Culturel 05 61 60 93 60

Possibilité de contremarques

Tarif 18 € / 15 €, tarif groupes appliqué à partir de 10 personnes

Les dessins dans cet article sont de Carlos Pradal.

 

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :