Aller au contenu principal

Du nouveau sur la saison théâtrale 2012 – 2013 à Pamiers

2012-07-19

La saison théâtrale étant bien terminée, les publications sur le blog ont fait une petite pause.

Nous vous espérons en bonne forme, au seuil d’un bel été.

Les années se suivent – et ne se ressemblent pas.

Et c’est d’autant mieux ….

La saison théâtrale 2011/12 – très bien visitée, merci à vous !  –  a vu défiler à Pamiers des auteurs de quatre coins du monde (hormis la France, des écrivains de Russie, Espagne, Angleterre, Etats Unis, Irlande). Les sujets traitaient  la sphère personnelle pour toucher vite la dimension sociale et politique. Ca vaut pour la pièce du russe Daniil Harms, ou les absurdités d’un quotidien révèlent la monstruosité d’un régime totalitaire. Pareil chez Shakespeare, lorsque la figure de Macbeth devient un symbole universelle de la folie du pouvoir au manœuvre. Marguerite Duras évoque à travers son récit les atrocités du fascisme ; quant à l’espagnol Miguel Hernandez,  sa poésie porte en toile de fond les années de la guerre civile.

Le mouvement du regard sera autre dans la saison prochaine.

D’abord à travers les auteurs : nous restons en France ! Sans que ça soit réducteur, car la gamme d’écritures est très variée, comme ils le sont les époques et les approches d’écriture :

de Molière à un chroniqueur de radio (François Morel), de Victor Hugo à un jeune comédien-auteur (Stéphane Wojtowicz), de Calaferte  en passant par Guy De Maupassant jusqu’à  Jean-Claude Grumberg …  à ne pas oublier ce qu’on appelle « une création » (lorsque l’écriture et la performance sur scène sont faites par les mêmes personnes).

La saison passée parlait de l’intime amené à sa dimension  politique. Dans  la saison à venir, l’écriture se penche de plus près sur cette sphère personnelle. Car ce sont bien les relations entre les êtres humains qui sont à la base  de toute communauté … et comme dans un va-et-viens permanent, les petits rapports se reflètent dans les grands, et les grand rapports infusent sur les petits.

Chez Guy De Maupassant (« Les amours inutiles », 20 octobre), on parlera des relations conjugales, extra-conjugales et finalement  juste homme-femme ; on parlera de l’avidité, de la lassitude, du désir et de la domination, mais comme c’est un auteur d’élégance extrême, ça sera toujours avec  sourire (même cinglante) et  une lucidité qui s’abstient de juger.

Chez Jean-Claude Grumberg (« Ca va ? si ça va bravo » 27 octobre), on essaie de se parler, et on y n’arrive pas. On y est pas conscient … mais on crée des telles situations comiques à des sens variables, que cela devient une jubilation. Cet auteur contemporain détecte au scalpel le ridicule de nos rapports au quotidien.

Est-ce-qu’on se parle chez François Morel ? La lecture de son livre par Dedeine est une nouveauté de programmation (« Les habits du dimanche » 25 octobre). Et certainement on se parle dans cette famille et ce texte, qui mêle nostalgie, désenchantement et naïveté.

Et comment se parle-t-on quand on est très différent ? Stéphane Wojtowicz, comédien et auteur, fait émerger l’affrontement entre deux mondes qui normalement devraient pas se croiser (« Les forains » 10 novembre). Lorsque des ‘gens biens’ arrivent dans le camp des gens laissés au bord de la route (au sens littéral comme au figuré), l’auteur crée une langue rapide, crue, qui rebondit comme des balles de tennis sur un terrain de jeu. Les clichés se prouvent … pour finalement mieux s’écrouler !

Il y a une autre qui donnera un coup de pied dans la fourmilière – Anne Léfèbre, auteur de la pièce jouée par elle-même  (« You need a coach my friend » 21 mars 2013). Soutenue par un magnifique travail de lumière, de vidéo et de son,  l’auteur-performeuse nous mène loin dans la solitude de nos mondes modernes, dans l’impossibilité d’être Soi, mais aussi dans l’énergie salvateur qui sont la rage et la poésie.

Chez Louis Calaferte (« Aux armes citoyens » 23 mars 2013), les relations humaines sont turbulentes, veules, hypocrites,  sensuelles,  grotesque,  cupides, cruelles, et cela en parallèle et tout à la fois. Ce qui compte est le tourbillon, ou, comme l’auteur le disait « la baroquerie » de la vie.

La saison théâtrale finira par une sortie au TNT (6 avril 2013) pour une pièce de Victor Hugo (« Mangeront-ils ? »). Là, tout s’envole ;  le fantastique entre en scène, les personnages sont dotés de pouvoir  spécial … et pourtant, la pièce parle au fond de ce thème très concret et si cher à Hugo: l’inversement des forces. Le faibles ne le sont pas toujours, et ce qui est bon n’est pas l’apanage des gens ‘biens’. L’auteur se permet une vraie comédie et un conte à la fois, puisé dans la riche et complexe matrice  des rapports humains.

Voilà quelques perles de cette saison à venir sur Pamiers (c’est une sélection, forcement incomplète !). Nous donnerons des annonces plus détaillés à chaque fois que l’occasion se présente.

Quant au  Festival « Les coulisses d’automne » (du 20 – 27 octobre), il présente tous les (quatre) soir une double programmation : apéro musical (gratuit) et Théâtre. Un fort accent convivial et festif  (le mot « Festival » n’est pas pour rien !) !! De plus, on pourra manger sur place ou – en nouveauté aussi – partager un repas sous forme d’Auberge Espagnol.

Une particularité de cette saison (qui, espérons-le, ne restera pas une) : la (plus) forte présence des femmes !!

Effectivement : dans tous les groupes de musique, lors du Festival en octobre mais aussi à la soirée « Cabaret «  en janvier puis aux  journées mondiales du Théâtre (fin mars), la personne au chant est – une femme ! Swing, Jazz, chanson en compo’ personnelle, en reprise ou en mode humoristique, elles sont toutes différentes mais toutes aussi vibrantes et investies.

Et puis, la saison s’ouvre sur une grande soirée de Cirque contemporaine, menée exclusivement par des artistes féminines (« Femmes de cirque » 14 septembre), qui sont à la fois auteur et interprète de leurs performances. L’entrée est gratuite, mais il faut réserver (pas trop tard) votre place (Service Culturel 05 61 60 93 60).

A noter aussi la soirée Théâtre des ateliers du Lycée du Castella (16 mai 2013). Loin des clichés d’un Théâtre scolaire et rébarbatif, les créations du Lycée du Castella prouvent au fils des années l’énergie d’une véritable recherche artistique et novatrice, portée par des jeunes comédiens enthousiastes.

Dans la plaquette des Balades Culturelles saison 2012/13, vous trouverez plus d’informations sur toutes les soirées à venir. Elle est  disponible à partir fin juillet à ses points habituels de distribution (Maison des Associations, Mairie, Médiathèque, Office de Tourisme …). Elle sera aussi téléchargeable sur le site de la Mairie.

Dernière information : comme depuis quelques années maintenant, l’AFTHA se baladera  avec sa programmation aussi à l’extérieur de Pamiers.  Cette année, ça sera la Comedia del Arte par le Lazzi-Théâtre. Nous vous en tiendrons informés sur la pièce te les divers lieux, le moment venu.

En attendant, bel été à tous et à toutes !!

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :