Aller au contenu principal

« Les coulisses d’automne » 25e édition, samedi 20 – samedi 27 octobre 2012, Salle du Jeu du Mail

2012-09-24

Le Festival de l’AFTHA fête ses 25 ans cette année et souffle les bougies en se renouvelant encore.

Dans Festival, il y a le mot « festif » … un mot qu’on prend tout à fait au sérieux à l’AFTHA 😉 ! La Salle du Jeu du Mail est transformée, avec un espace bar, des panneaux d’affichage et une petite scène supplémentaire pour les apéro-concerts.

Car chaque soir aura lieu une double programmation, de musique et de théâtre.  Et les concerts sont gratuit !

Ça démarre en général (sauf le jeudi 25, ou la musique vient en deuxième place) par un groupe de musique – avec, heureux hasard de cette année, une chanteuse chaque soir.

Ensuite, le public pourra manger sur place ; une bonne petite assiette froide est proposée à un tarif décent : 6 €.

A 21 h s’ouvrent les portes pour le Théâtre.

A ne pas oublier le spectacle pour les petits, mardi et mercredi en matinée, toujours à la Salle du Jeu du Mail.

Attention: les prix d’entrées n’ont pas bougé ! L’AFTHA maintient volontairement un tarif bas (10€ / 8€, pass 25€) pour  faciliter l’accès pour tous. –  Réservations auprès de l’Office de Tourisme 05 61 67 52 52

Voici le programme en détail :

Samedi 20 octobre

Soirée Musique-théâtre, petite restauration possible sur place

19 h : concert apéro gratuit avec « La Reine des Aveugles », duo avec Claude Delrieu (accordéon) et Emilie Perrin (chant)

Lorsqu’un fou de sons, de vibrations, de rafales et du désordre raffiné en la personne de Claude Delrieu rencontre une pirate au cœur tendre, une fille au regard perspicace, une sirène à l’humour débraillé – cela donne un duo au joli nom « La Reine des Aveugles » et ça cartonne ! Qui est la reine, qui sont les aveugles ?!? A vous de donner la réponse, en écoutant un répertoire superbement créatif !

21 h : « Les amours inutiles »de Guy de Maupassant, par la Cie MaMuse – mise en scène Eric Vanelle

Ils étaient venus, il y a deux ans, avec leurs « Beautés inutiles », et suite au très bon accueil du public, ils ont récidivé : quatre autres nouvelles de Maupassant passées sous le scalpel visuel, musical et sensuel de Eric Vanelle. Totalement fidèle au texte (sans être intégral), la mise en scène fait résonner le regard acide, mais toujours élégant et en finesse de Guy De Maupassant.

Et le sujet de ce soir (l’amour !!)  se prête à merveille au sens de dérision de cet auteur – mais, nous allons le voir, aussi, à une prise de position bien en avance sur son temps (sur la situation des femmes, prises au piège) et  à une démonstration plus grave, plus troublante sur ce qu’est la relation entre un homme et une femme.
Le trio des comédiens a un peu changé : il y a toujours Eric Vanelle, le mâle à multiples registres, et la vibrante Laetitia Bos ; Corinne Mariotto en féminité toute piquante est le nouveau visage dans cette distribution.
Lumières sophistiquées, passage musicaux éclectiques, un décor ultrasimple qui suggère des espaces très variés : la mise en scène a simplement ‘du chien’. Le jeu des comédiens,  très complices,  est rythmé et tonique, en clins d’œil, sans en faire trop ; il complète un tableau  hautement jouissif. Il semble que l’amour n’est pas toujours un désastre – ni inutile !

A partir de 12 ans

Mardi 23, 10h30 (scolaires) et mercredi 24 octobre (10h30) tout public

Spectacle Jeune Public en partenariat avec la MJC de Pamiers (Renseignements et réservations 05 61 60 50 50)

« Pourquoi le lapin a-t-il des grandes oreilles ? » par la Cie les Enlaceurs du Monde, avec Carmen Samayoa (conte, danse) et Gabriel Jourdan (musqiue live)

« Les Enlaceurs du Monde » emmènent les petits dans le royaume merveilleux des « pourquoi ». Ils invitent la grand-mère à raconter, car elle sait « pourquoi le lapin a des grandes oreilles » et elle sait aussi « pourquoi on voit un lapin dans la lune » ! La grand-mère deviendra lapin, tigre, singe, serpent, serpent à plumes…

Deux histoires d’origine maya – pour grandir, pour imaginer, pour s’enrichir d’autres manières de voir le monde. Les grand-mères ont des réponses que seuls les enfants peuvent entendre …

Jeudi 25 octobre

Une nouveauté dans la programmation : une soirée gratuite, « portes ouvertes » pour tout le monde, avec Auberge espagnole ! Sous le signe de la convivialité, la soirée pourra se prolonger dans l’espace bar où les artistes croiseront le public.

19 h : lecture de Dedeine Volk-Leonovitch :  « Les habits du dimanche « de François Morel

L’amour des mots, le plaisir d’écouter de bonnes histoires – la lecture fait un retour en force sur de nombreuses scènes depuis quelques années. L’AFTHA tente l’essai et fait venir Dedeine (que l’on connaît récemment comme une des musiciennes de « Boudu les cops », mais qui est aussi comédienne et enseignante de Théâtre) pour lire des extraits du tendre roman de François Morel. Par une vraie bouffée d’oxygène, l’auteur  nous invite sur les routes de son enfance et dresse le portrait de sa famille qui est à la fois  tout à fait banale et extraordinaire. C’est tendre et mordant, nostalgique et espiègle.
Après le partage de vos bons petits plats avec ceux de vos voisins, la soirée continue à

21 h : « Vrais mensongeurs »avec Hélène Bardot et Kiko Delmond

L’envie, l’urgence d’entrer en résonnance avec notre époque a saisi ce duo à la gorge : conteuse et musicien, ils donnent une ébauche de réponse poético-traditionnelle à cette interrogation qui les taraude : comment dire le faux sans mentir pour de vrai ? Car nous sommes tous, depuis notre plus jeune âge, initiés au mensonge … mais loin de s’en désoler, nos deux compagnons revisitent notre mémoire enfantine, notre sagesse populaire et même les slogans de pub !
Dans leur répertoire, on trouvera : des menteries traditionnelles à peine revisitées, des comptines insolites et des fantaisies mises en musique, des fatrasies cocasses, des chansons écrites et composées pour l’occasion ou de courts extraits de « tubes », des proverbes, des énigmes, des facéties malicieuses…

Vendredi 26 octobre

Soirée Musique-théâtre, petite restauration possible sur place

19 h : concert apéro gratuit avec « La Meute Rieuse » avec Camille Simeray, Morgan Astruc et Julien Capus

C’est en 2005, dans le sud de la France, que la rencontre musicale commence…
Camille Simeray et Morgan Astruc, l’une chanteuse et accordéoniste formée à l’école de la rue, l’autre, guitariste formé au conservatoire en classique et en jazz, jouent ensemble, cherchent, échangent, dialoguent. Sam Burguièr,  l’aîné des « Ogres de Barback », qui fait preuve d’un long parcours d’inventivité, d’audace et de constance,  se joint à l’aventure pour travailler sur les arrangements du dernier album « Les yeux des fesses ». Des machines électroniques s’installent subtilement dans les chansons, aux côtés des instruments acoustiques. La magie opère, tout trouve sa place.

21 h : « Tartuffe » de Molière, par la Cie Les Vagabonds, mise en scène Francis Azema  /  Cycle « Noir Lumière »

Il y a deux ans, un audacieux projet a vu le jour au Théâtre du Pavé à Toulouse : revenir vers les textes dits « classiques » du Théâtre. Car si ces textes ont survécu à de si longues périodes dans l’humanité (comme « Antigone » de Sophocle !),  c’est qu’ils ont une énergie, une beauté, une puissance et un savoir particulier.  Seulement – et presque tous ceux qui voient régulièrement des pièces de Théâtre ont vécu ça – la « transmission » ne passe pas toujours. Trop long, trop poussiéreux, trop « d’une autre époque » … des comédiens déclamant des litanies qu’on ne saisit qu’à moitié …
Avec le projet nommé « Noir lumière », La Compagnie Les Vagabonds  prend le parti d’un théâtre qui souhaite se recentrer sur l’essentiel : la beauté des mots, la force éloquente du geste, la pureté de l’émotion nue.

La scénographie est épurée, débarrassée du superflu : si « l’essentiel est invisible pour les yeux », on saura bien se passer de décors ou de costumes trop lourds, trop ostentatoires ! La présentation est dépouillée, nerveuse, élaguée s’il le faut, par des suppressions de scènes, de passages, voire des personnages, mais avec le souci constant de respecter les intentions de l’auteur : aucune « relecture », aucune « œuvre revisitée ».
Le « Tartuffe » de ce soir est une pièce majeure de Molière. A l’époque, le roi et les aristocrates se riaient bien de cette charge violente contre les dévots et la fausseté des apparences. Mais l’Eglise faisant pression, le roi demanda à Molière de remanier la pièce avant qu’elle ne soit montrée sur la place publique.
Il nous reste donc seulement cette version « adoucie » du « Tartuffe » – qui reste toujours  une satire grinçante de toutes les hypocrisies, qui fait mouche et qui, 300 ans plus tard,  est  toujours de mise. L’infatigable écrivain combat l’imposture encore et toujours, et nous convie, par le rire, au grand mépris des bassesses humaines.
A partir de 12 ans

Samedi 27 octobre 20 h 30

Soirée Musique-théâtre, petite restauration possible sur place

19 h : concert apéro gratuit avec « Dalèle au Café Quincaille » avec Philippe Yvron, Rolland Martinez et Dalèle Muller – Textes Philippe Sizaire

Allez-y, veuillez entrer au Café Quincaille !! On vous servira des chansons comme on aime bien les écouter : les coudes posés sur le comptoir. Ce décor, cet éclairage, ces clients, vous ne les connaissez pas, mais pourtant ils vous sont familiers… Laissez nous vous raconter … des personnages farfelus et des histoires rocambolesques vont apparaître … le tout porté par la belle
voix de Dalèle et des musiciens qui ne font qu’un avec leurs instruments !
Les textes de Philippe Sizaire font mouche – alors, vous reprenez bien encore un verre ?!?

21 h : « Ca va … si ça va, bravo »  de Jean-Claude Grimberg

Par la Cie Beaudrain du Parois, mise en scène Jean-Pierre Beauredon – avec Francis Azema, Jean-Pierre Beauredon, Cathy Brisset, Philippe Bussière, Denis Rey, Françoise Soucaret

Jean-Claude Grumberg est un auteur contemporain dont la prédilection est de pourchasser avec  classe et fausse désinvolture les manquements de ses contemporains. Auteur à la palette variée – jeunesse, théâtre, adaptation, mais aussi scénariste de films (« Le dernier métro »), il a été couronné de plusieurs Molières et d’autres prix.

La pièce de ce soir débute par une phrase mille fois entendue sans jamais l’entendre … Dans un univers imprécis (hall de gare, quai de métro, salle d’attente…), des hommes et des femmes se croisent. Apparemment ils se connaissent, ou du moins s’interpellent, et engagent la conversation en commençant par ce fameux « ça va? » Premier balbutiement du dialogue, vaine tentative d’intérêt pour l’autre, point de départ d’une discussion sur l’état de l’état de chacun, du monde.
Derrière chaque « ça va » se décline une situation ubuesque ou un regard ironique sur notre époque : politique, théâtre, amitié, travail… il n’y a pas de fin ou de chute à cette dérive verbale, juste un élan porté par des situations banales et pourtant presque folles. Une bien belle façon de nous montrer du doigt, de nous tirer la langue, avec pudeur et respect.
Jean-Pierre Beauredon était venu à Pamiers avec « Pas un jour sans une ligne », il y a deux ans. Ce soir, il est sur scène avec  juste un petit rôle (muet) – mais il atèle à la mise en scène et à la direction d’une fabuleuse brochette de comédiens. C’est  un véritable groove de répliques, un
ping-pong qui claque et pourtant ne fait que se rater. Quelques pas vers l’absurde pour atteindre en souriant le déraisonnable.

A partir d’octobre, la plaquette du Festival sera diffusée à Pamiers, chez des commerçants, dans des Cafés, à la Médiathèque, la Maison des associations, l’Office de Tourisme ….

    Ce Festival a le soutien du Conseil Général de l’Ariège, de la Région Midi-Pyrenées et de la Mairie de Pamiers,

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :