Aller au contenu principal

Festival « Les coulisses d’automne » 2013, du 16-19 octobre, Salle du Jeu du Mail à Pamiers

2013-10-03

Il y a 50 ans, aller au théâtre dans une petite ville en milieu rural c’était une occupation du samedi-soir, pour un cercle restreint, en général issu de la petite bourgeoisie locale. Puis mai 68 est passé par là. Son mouvement a ouvert la voie à un théâtre novateur, social, engagé ; parfois de provocation, en tout cas de l’expérimentation. Les nœuds de cravates  se lâchaient, et les femmes n’avaient plus de plis dans leurs cheveux.

Ensuite, les années 80 ont ouvert l’essor de la danse. Elle quittait le carcan de son tutu classique. Et presque naturellement, elle se faisait influencer par le Théâtre ; l’exemple aujourd’hui le mieux connu est le Tanz-Theater de Pina Bausch. Mais le courant allait aussi en sens inverse ; du coup, le corps a été investi d’une manière nouvelle sur les scènes de Théâtre.

Ce déferlement s’est produit également pour la musique et le cirque : des digues ont sauté entre les diverses disciplines. L’expression par le pur mouvement corporel ou la création d’une atmosphère par la musique font aujourd’hui naturellement partie des mises en scène, au point qu’on ne remarque même plus leurs influences.

Les années 90 ont ouvert l’ère de l’image. La création visuelle a fait un énorme bond en avant par l’arrivée de l‘informatique et la rapidité des informations. La publicité, les films, la photographie : tout devenait une œuvre par le pur critère de pouvoir titiller l’ouïe. De nouveau, le théâtre n’émettait pas de résistance, au contraire. La vidéo, en fond de scène ou en interaction, devenait un outil supplémentaire dans la mise en scène. Aujourd’hui, la scénographie, sa dynamique, les éclairages sont devenu une écriture propre à l’intérieur d’un texte.

Mais le plus grand changement dans l’approche du Théâtre (par le public) comme dans la création (par les artistes) est arrivé par la révolution sociétale que fût Internet.

Soudainement, chacun et chacune put visionner une pièce de Théâtre dans son propre salon, put trouver des extraits du passé comme de l’actualité, put obtenir des informations sur un auteur ou une comédienne. L’accessibilité à la culture, au savoir a décomplexé d’un bon dégrée le public – nous sommes loin du petit couple bourgeois qui payait cher sa place au Théâtre, dans lequel il ne rencontrait que ses semblables. Ne jubilons pas pour autant sur la réalité d’un Théâtre ouvert à tous … car voir tout(e) seul(e) quelque chose sur son écran et participer à une véritable soirée de Théâtre sont deux choses très différentes.

Une autre réalité est pourtant certaine : celle de la multiplicité du Théâtre. C’est d’elle que l’AFTHA souhaite témoigner, en programmant un Festival qui est, comme toujours, éclectique par ses thématiques, mais cette année particulièrement varié par les différentes formes créatives actuelles.

Le Festival d’automne est devenu donc un Festival de Théâtre(S) !

Théâtre au pluriel – l’envie de montrer et de partager les multiples formes du Théâtre d’aujourd’hui … De nouvelles formes de création arrivent sur scène; éclatées, hybrides et courageusement créatives. On célèbre l’art de raconter, le corps est mis en valeur et le récit s’élargit dans l’image. Le Théâtre, cet art très ancien, ne cesse d’évoluer.

Et le Festival commence avant le Festival :

Mardi 15 octobre

GaryLorsqu’on présente un auteur si riche et fascinant que l’était Romain Gary, l’idée de tricoter autour de sa personne presque s’impose. De là est né un partenariat  avec la Médiathèque de Pamiers et une discussion avec un producteur, qui a concédé avec plaisir le droit de diffusion d’un excellent documentaire sur Romain Gary (voir Emile Ajar). Documentaire autrefois montré sur France 2, avec beaucoup d’extraits et d’entretiens inédits autour de cet écrivain au parcours totalement romanesque. De son enfance en Russie, son arrivé en France, son engagement dans les forces aériennes françaises libres à sa vie de diplomate ou sa relation avec l’actrice américaine Jean Seberg, nous découvrons un écrivain hanté par la question d’identité et l’urgence de transformer les angoisses de la vie par l’écriture, et vice versa.  Rarement un œuvre et l’existence des son auteur se sont imbriqués à un tel point. Ce film se regarde comme un polar !  Nous nous sommes bien amusés de voir les gens fumer partout (même dans « Apostrophes » !), de suivre la traque des journalistes lors de la distribution du Goncourt, et d’entendre l’émouvant témoignage du protagoniste d’ Emile Ajar ….

La soirée à lieu à 18h30 à la Médiathèque de Pamiers, l’entrée est libre !

La diffusion du film (90min) sera suivie d’ un apéro dinatoire et des échanges voire des lectures.

Il est conseillé de réserver, car la jauge est limitée !

Affiche-Festival-webProgramme en bref:

Mardi 15 octobre : 18h30 Documentaire sur Romain Gary  suivi d’un apéro-dinatoire  et échanges  (Médiathèque de Pamiers)

Mercredi 16 octobre (Entrée libre) 19h : Attention, changement de programmation en dernière minute: Soirée d’ouverture du Festival en formule « Auberge Espagnol »  20h30 : « C’est idiot ! » Cabaret crétin par Les Cyranoïaques (Durée env. 1h20)

Jeudi 17 octobre 20h30 : « La conférence des oiseaux » de Jean-Claude Carrière, d’après un texte de Farid Uddin Attar Mise en scène et interprétation Pierre Lamoureux  (Durée env. 1h20)

Vendredi 18 octobre 19h : « La vie devant soi » de Emile Ajar (Romain Gary), par la Cie Les Chiennes Nationales (Durée 1h) 21h15 : « Histoire du Tigre » de Dario Fo, par la Cie Chaviro (Durée 1h)

Vendredi 18 à 10h (scolaires) et Samedi 19 octobre à 16h30 (tout public) : Spectacle Jeune Public (Salle Esapalioux) « L’histoire de Lô’ » par la Cie L’ombrine et le Fantascope

Samedi 19 octobre  19h : Apéro-Concert avec « Lucien la Movaiz Graine » Chanson d’auteur en trio (Entrée libre) 21h15 : Un simple froncement de sourcil » de Ged  Marlon, par la Cie du Periscope

Dans les détails:

Mercredi 16 octobre

La soirée d’ouverture du Festival reprend la formule, très appréciée l’année dernière, de l’Auberge Espagnole.

Amenez vos petits plats, salés ou sucrés – l’Aftha se charge des boissons !

On partagera tout, à partir de 19h.

20h30, le spectacle commence – par un changement de programmation, pour cause d’indisponibilité de la comédienne. A la place de « XL » par la Compagnie du Vide, nous verrons:

Un Théâtre musical

« C’est idiot ! » Cabaret crétin par Les Cyranoïaques
cyranoiaques2-RogerARPAJOU-webCréées en 1986, Les Cyranoïaques doivent leur nom à leur premier spectacle,  construit à partir de la pièce d’Edmond Rostand. A ce jour, plus d’une vingtaine de créations, dont des nombreux classiques, ont été montées (« L’imitateur » de Thomas Bernard, en co-production avec le TNT, a été présenté en janvier 2011 au public appaméen).

Ce soir, on verra (et écoutera) leur dernière trouvaille, bien pour exorciser toute morosité : un Cabaret crétin au titre parlant « C’est idiot ! ». C’est un genre d’inventaires de chansons le plus tartes du XX et XXe siècle.

Rien, dans ce grand essorage musical, ne sera épargné, ou presque. Méthodiquement, les trois comédiens (ou devrait-on dire : chanteurs ?!?)  s’en prennent aux plus lointaines comme à de très contemporaines figures de la variété française. Une mission pas simple, tant le répertoire français regorge des petites perles… Ils parviennent si bien que le public en redemande. Il y a des chansons volontairement débiles, type « pouet-pouet », des chansons qui évoquent un personnage bêta, la chanson dont seul le texte est stupide, la chanson à calembour ou à contrepèterie, la chanson surréaliste ou absurde … L’énergie, le sens du rythme, le choix des titres, la gratuité de l’action et de l’interaction avec un public hautement consentante provoquent un état de détente dont nul a envie de chercher la bonne raison …

De plus, pour cette soirée l’entrée est libre !

Jeudi 17 octobre

Le spectacle du lendemain nous amène dans un autre monde.

Lamoureux-carriere-plumes

Sur la base d’un conte de Farid Uddin Attar, poète persan du XIIIe siècle, Jean-Claude Carrière (qu’on ne présente plus ?!? Écrivain, scénariste, homme de Théâtre …) a conçu

« La conférence des oiseaux », à 20h30

Par la Cie Lamoureux

Sur un immense lit de plumes blanches, Pierre Lamoureux est seul sur scène et tout à la fois : danseur, mime, comédien. Dans une véritable performance, il nous fait vivre l’aventure de tous ces oiseaux qui partent à la recherche  de l’oiseau roi, le Simorg. La pureté du décor, la simplicité de la musique ouvrent l’imaginaire : devant nos yeux émergent  la huppe, le  rossignol, le hibou, le moineau … chacun avec son caractère et son raisonnement bien spécifique, bien sûr très près de ce que nous pourrions être et dire, nous les humains ! Ça ne manque pas de comique, et laisse parfois songeur… La plume de Carrière est souvent espiègle, pour mieux envelopper une vérité profonde et, disons-le, mystique. Une occasion rare de découvrir ce beau texte, dans une mise en scène originale.

Un spectacle que l’interprète joue depuis longtemps, à Paris, en Suisse, et qui arrive maintenant à Pamiers !

Vendredi 18 octobre

Voilà que nous revenons vers Romain Gary (qui se cachait derrière le nom d’Emile Ajar), et qui gagna le Prix Goncourt de 1975 !

« La vie devant soi », à 19 h

Par Les Chiennes Nationales

Chiennes-Nationales-Gary-webLe spectacle sera joué  dans l’espace-bar : comme la jauge est limitée, nous vous conseillons de réserver !

C’est l’histoire de Momo, un garçon qui grandit dans le Belleville des prostitués, des juifs et des arabes et qui partage joyeusement leur misère, eux qui se débattent contre la vie « parce que ça ne pardonne pas ». C’est surtout une histoire d’amour entre Madame Rosa, vieille femme juive marquée par l’Holocauste, et Momo sans attache familiale véritable. Tout en pudeur, faussement naïf, parfois féroce de vérité et de vitalité, ce texte traite des questions fondamentales comme la reconnaissance de l’Autre, l’angoisse de vivre et sa place à trouver dans le monde.

Deux extraits:

« Moi, je tiens pas vraiment à être heureux, je préfère encore la vie. Le bonheur, c’est une belle ordure et une peau de vache et il faudrait lui apprendre à vivre ».

« J’ai oublié de vous dire que Madame Rosa gardait un grand portrait de Monsieur Hitler
sous son lit et quand elle était malheureuse […] elle sortait le portrait, le regardait et elle
se sentait tout de suite mieux, ça faisait quand même un gros souci de moins. »*

Les deux comédiennes créent d’emblée un espace fraternel, au sens propre comme au figuré.

(Ce spectacle sera présenté aux Lycéens dans de séances dans l’après-midi.)

Ensuite, une petite restauration sur place (une assiette composée, froide, à 6€) est proposée – réservation souhaitée !

S’ensuit :

Cie CHAVIRO - Affiche TIGRE« Histoire du Tigre » à 21h15

De Dario Fo, par la Cie Chaviro

Dario Fo, écrivain italien, Prix Nobel de la Littérature en 1997, a toujours choisi l’humour, parfois corrosif, absurde, mordant, pour mener son combat contre l’oppression et contre l’hypocrisie. Il dénonce les idées arbitraires, les injustices, la guerre, le dogmatisme politique. Il dénonce sans crier, mais dans un grand et magnifique éclat de rire !

L’histoire contée et jouée ce soir lui est venue aux oreilles sur un voyage en Chine. Un jeune combattant de la Longe Marche se blesse et se réfugie dans une grotte, qui s’avère d’être la tanière d’une tigresse – et de son petit, le tigrichon ! De cette rencontre improbable naît une relation bien particulière entre l’homme et les bêtes sauvages…

Dans la mythologie chinoise, le tigre, c’est celui qui résiste, c’est l’énergie qui permet d’avancer, c’est le moyen de dépasser ses peurs. « Histoire du Tigre » est une fable satirique, au rythme haletant, où le burlesque et le rire côtoient le monde de l’imaginaire et la réalité politique.

Vendredi 18 à 10 h (scolaires) et Samedi 19 octobre à 16h30 (tout public) auront lieu les représentations  pour le Jeune public – un autre partenariat à l’intérieur de l’AFTHA, déjà une coutume de longue date, avec la MJC de Pamiers (attention : lieu du spectacle Salle Espalioux) :

photo prog mjc la colère de lô« L’histoire de Lô »

Par la Cie L’ombrine et le Fantascope

logoMJCSpectacle conçu pour les 3-6 ans – l’âge de la volonté ! Qui ne connaît pas les caprices de sa chère tête blonde ? Comment apprendre  la différence entre la  nécessaire affirmation de la personnalité et l’acceptation du monde qui entoure ? « Les arbres, c’est pratique, ça ne change pas de place ». C’est ce que se dit Lô, un petit bonhomme tranquille dont le plus grand plaisir est de voir sortir de terre les jeunes pousses, jusqu’au jour, où ….il est piqué par une ortie ! Un récit d’apprentissage, qui nous parle de la colère de façon positive, la colère « belle et terrible comme l’orage ».

Samedi 19 octobre

La soirée de clôture du Festival se décline en deux temps :

D’abord, un apéro musical à 19 h (entrée libre) avec

Movaiz-graine-scene-webLucien La Movaiz Graine

A l’AFTHA, on aime aussi la musique, pour démarrer (et pour finir) une soirée ; et de préférence une musique qui se partage, qui swingue et qui fait mouche !

Le trio de ce soir en est encore un exemple.

Lucien la Movaiz Graine est d’abord un chanteur – auteur, accordéoniste, guitariste, qui depuis 1999, écrit et interprète ses chansons. Julien Malherbe écrit sous le pseudonyme de Lucien la Movaiz Graine depuis 1999, se forme dans la rue, les boîtes d’intérim, les petits bars. Puis, met en scène ses compositions de 2007 à 2009 avec un premier trio portant le même nom. Il reprend l’aventure aujourd’hui avec Michel Fanlou et Julien Treffel.

Michel à la contrebasse est musicien depuis 1981. Musicien de Jazz, il a joué, entre autres, avec Tonton Salut, Richard Callega, Philippe Léogé … Il est intervenant au collège de Jazz de Marciac depuis de nombreuses années, et également contrebassiste dans The Big Band Brass.

Julien, aux percussions, étudie la musique depuis l’enfance. Après 4 ans de formation au sein de l’école toulousaine Music’Halle, il joue dans différents groupes et partira en tournée dans toute la France ( Sôdi, Blues in the Kitchen, l’Orchestre musette Cristal, …) avant de se joindre au projet de Lucien la Movaiz Graine. http://fr.myspace.com/lucienlamovaizgraine

De même que vendredi, une petite restauration sur place (une assiette composée, froide, à 6€) vous est proposée – réservation souhaitée !

S’ensuit la pièce de Théâtre, à 21h15 :

AFTHA-Ged-Marlon-web

« Un simple froncement de sourcil » de Ged Marlon

Par la Cie du Périscope, mise en scène Laurent Deville

L’auteur de cette pièce est un comédien, un homme du cinéma aussi, un auteur de ces one-man-shows – un touche-à-tout qui connaît la question de la création théâtrale par le décor, par l’intérieur, par l’en dessous et de l’envers! C’est surtout un homme adepte de la dérision, voire du non-sens. Mélangez tout ça, et vous arrivez à « Un simple froncement de sourcil » !

Nous assistons à la difficile situation de répétitions d’une nouvelle pièce de Théâtre : il y a son auteur, pétri d’intellectualisme abscons qui a donné vie à un texte aux limites du compréhensible ; il y a le comédien, entre l’angoisse de devenir un ‘Claude’ et ses soucis bien matérialistes de vie quotidienne, il y a le metteur en scène, débordant de bonne volonté mais visiblement perdu (et finalement victime d’un sérieux lumbago !) – le public les suit dans un fou rire quasi permanent, tandis que sur scène les enchevêtrements entre le réel, la première du spectacle, la répétition et les personnages s’accélèrent … mais on vous ne dira pas comment ça se finit ! Atypique et décalé, le Théâtre se moque ici de lui-même – un joli clin d’œil pour clôturer un Festival (de Théâtre 😉 !)!

Infos générales :

Le bar de l’AFTHA est ouvert une 1/2h avant les spectacles et en fin de soirée.

Auberge Espagnole le mercredi.

Petite restauration sur place le vendredi et samedi (assiette froide à 6€). Réservation conseillée.

Lieux : Tous les spectacles auront lieu à la Salle du Jeu du Mail de Pamiers, sauf le Spectacle Jeune Public (Salle Espalioux) et le documentaire sur Romain Gary (Médiathèque de Pamiers)

Tarifs:

Théâtre (par soir, pour un ou deux spectacles) : 12€  / 8€ réduit / Pass Festival 25€

Jeune Public: plein 5€ / adhérents MJC 4€ / scolaires 3,5€

Réservations:

Théâtre: Office de Tourisme 05 61 67 52 52

Jeune Public: MJC 61 60 50 50

Documentaire Romain Gary (14 oct): Médiathèque 05 34 01 38 90

La plaquette du Festival en format papier sera distribuée à partir de la  fin d’été !

Merci à nos partenaires qui nous suivent et nous soutiennent:

logobaladesinternetLogotype Ville de Pamiers-1-      Logo CG09 conseil_regional-web

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :